Accueil > Fr > Soutenance de thèse de Charlotte DUCHEMIN (laboratoire SUBATECH)

Soutenance de thèse de Charlotte DUCHEMIN (laboratoire SUBATECH)

jeudi 10 septembre 2015

Soutenance de thèse de Charlotte DUCHEMIN (laboratoire SUBATECH) - 29 septembre 2015 à 14 heures - amphi Besse (EMN)

Rapporteurs :

Ulli KÖSTER, Chercheur, Institut Laue-Langevin, Grenoble (France)

Xavier LEDOUX, Chercheur au CEA, Grand Accélérateur National d’Ions Lourds (GANIL), Caen (France)

Examinateurs :

Thierry STORA, Chercheur, Organisation Européenne pour la Recherche Nucléaire (CERN), Genève (Suisse)

Marc LABALME, Maitre de conférences ENSICAEN, Laboratoire de Physique Corpusculaire (LPC), Caen (France)

Maëlle KERVENO, Chargée de recherche CNRS, Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien (IPHC), Strasbourg (France)

Invité :

Vincent MÉTIVIER, Maître-assistant à l’École des Mines de Nantes, SUBATECH (France)

Directeur de Thèse :

Férid HADDAD, Professeur à l’Université de Nantes, SUBATECH et GIP ARRONAX (France)

Co-encadrants :

Arnaud GUERTIN, Chargé de recherche CNRS, SUBATECH, Nantes (France)

Nathalie MICHEL, Ingénieur de recherche, Université de Nantes, SUBATECH et GIP ARRONAX (France)

Résumé

La médecine nucléaire est une spécialité utilisant des noyaux radioactifs pour la thérapie ou le diagnostic de maladies telles que les cancers. Ces radionucléides sont souvent couplés à des molécules vectrices pour cibler les cellules malades.

Actuellement, seuls quelques isotopes sont utilisés en routine par les équipes cliniques mais de nombreux autres pourraient avoir un intérêt médical lié aux rayonnements émis ou à leur période radioactive en adéquation au temps de transit de la molécule vectrice et à la pathologie.
Le travail réalisé durant cette thèse consiste à étudier la production de radionucléides innovants pour la médecine nucléaire, en collaboration avec le GIP ARRONAX, dont le cyclotron accélère différents types de particules à des énergies allant jusqu’à 70 MeV. Un paramètre physique fondamental pour définir la production d’un radionucléide d’intérêt est la section efficace. Des données expérimentales ont été mesurées pour une sélection de radionucléides émetteurs de photons (Tc-99m) et de positons (Sc-44g) pour le diagnostic, ainsi que pour des émetteurs d’électrons (Re-186, Tb-155 et Sn-117m) et de particules α (Th-226, Ra-223 et Bi-213) pour des applications thérapeutiques. La mesure des contaminants produits lors des irradiations a également été réalisée.
L’accent a été mis sur l’utilisation de voies de production alternatives à celles habituellement utilisées. Les sections efficaces expérimentales sont comparées avec les prédictions des modèles théoriques. Elles apportent ainsi une contribution au travail des physiciens théoriciens en permettant de contraindre leurs modèles et de les améliorer et/ou valider.